(aller au contenu)

Logotipo navarra.es

Castellano | Euskara | Français | English

¡moteur de recherche!

Content tools

Partagez

  • Meneame
  • Delicious
  • Technorati
  • Google
  • Facebook
  • Yahoo

Coutumes et traditions

De pères en fils

Danzantes

Danseurs d’Ochagavía

L’histoire avec un petit “h”, celle dont on ne trouve pas trace dans les manuels, est celle que les peuples savent préserver et transmettre de père en fils, celle qui se nourrit des traditions et des coutumes.

Le Navarrais, qui entretient jalousement son histoire, préserve un ensemble de traditions aussi riches et diverses que la maison natale. En ce sens, il est intéressant de rappeler ici que dans le Fuero navarrais la coutume prévaut sur la loi écrite.

Noël : Olentzero et le rite de l’eau

Aux crèches de noël, dîners et chants qui rythment l’époque de noël s’ajoutent en Navarre les rites traditionnels. Charbonnier bedonnant au penchant bien connu pour la bouteille, Olentzero descend de la montagne pour annoncer la bonne nouvelle et apporter des cadeaux aux enfants. Originaire de la localité de Lesaka, cette fête a conquis peu à peu d’autres localités rurales et urbaines.

La nuit de la saint Sylvestre, les jeunes (notamment à Urdiáin) célèbrent le rite de l’eau. Celui-ci consiste à recueillir dans des récipients la nouvelle eau de la source et à l’offrir aux autorités et aux administrés en échange d’étrennes.

Le Roi de la Fève

Le cinq janvier, des cavalcades hautes en couleurs ont lieu dans toute la Navarre. Et le lendemain matin, dans les rues de Sangüesa, on promène le drame sacramentel “le Mystère des Rois”. Dans le même temps, dans le cloître de la cathédrale de Pampelune sont exposées pour leur vénération les reliques de saints et de nobles du pays.

L’émotion s’empare les enfants à la veille des Rois, lorsqu’ils découvrent que leur part de galette contient la fève ou un petit cadeau dissimulé dans la pâte. Cette émotion est propre à la traditionnelle fête des enfants. Une festivité qui voulait que l’un des enfants fût couronné roi suivant les us anciens. La tradition est conservée vivante. En janvier de chaque année, un palais, une église ou un château, accueille le couronnement du roi de la fève. Gratifié de la fève, un enfant de la localité est proclamé roi de Navarre, selon un cérémonial immuable qui remonte au Moyen Age.

Carnavals

Les carnavals revêtent un caractère singulier, en particulier dans le nord de la Navarre. Les gens se déguisent à Ituren et Zubiera pour accompagner les ioaldunak ou zanpantzar, qui défilent de village en village. Le carnaval de Lantz est le plus connu : ici, on met à mort et l’on immole par le feu le bandit Mirel Otxin, représenté par un grand bonhomme de paille.


Romería

Image d’un pénitent portant la croix à l’occasion de la procession d’Ujué

La Javierada

Lieu saint battu par les vents, les deux premiers week-ends de mars, le sanctuaire de Xavier rassemble des milliers de pèlerins venus à pied , de toute la Navarre. Réunion silencieuse, la “Javierada” mêle tradition et religiosité, dans le berceau du patron de la Navarre, François-Xavier.

Le vendredi saint, dans l’après-midi, les processions se mettent en chemin. Partant des villes et des villages, de Pampelune, Corella ou Estella où l’on peut voir le principe immatériel, représenté sur une bannière.

La veille du dimanche de Pâques, à Tudela le Volatín (pantin articulé) tourne sur lui-même sur la place de los Fueros. Ses vêtements finissent en charpie dans la foule des petits et des grands qui attend dans la liesse les ballons et bonbons tombant de la Casa del Reloj.

Le soir, le cloître de la cathédrale de Pampelune est la scène d’une procession qui fait revivre la rencontre entre le Christ ressuscité et sa Mère.

La descente de l’ange

Le jour suivant, les Pâques sont fêtées à Tudela avec la descente de l’ange. Une cérémonie qui voit un enfant descendre par les airs pour retirer le voile de deuil qui recouvre le visage de Marie. Non loin de là, à Cabanillas, après la procession de la Rencontre entre le Christ et sa Mère, on poursuit Judas pour l’égorger. De l’autre côté de la Navarre, à Luzaide-Valcarlos, les bolantes dansent les Pâques fleuries et vont de fermes en hameaux, promenant la sébile.

Pèlerinages

Le printemps est fidèle au rendez-vous. Avant que ne se multiplient les fêtes et pèlerinages vers les ermitages et autres sanctuaires, l’Ange d’Aralar visite les champs, les villes, les villages et Pampelune. Souvent accompagné d’une pluie bénie des dieux. Ujué, Osquia, Roncevaux, Sorlada, Codés, Cataláin, el Yugo à Arguedas, Lumbier, Labiano et Alsasua sont les jalons de ces festivités qui ponctuent la vie de toute la géographie navarraise. Sur les places, les immenses troncs dénudés non étêtés (les “Mayos”) annoncent la splendeur du printemps.


Encierro

Une scène de la réclusion de "Sanfermines"

Sanfermines et fêtes d’été

Les feux de la Saint Jean marquent le coup d’envoi des fêtes d’été. La nuit la plus courte de l’année et la plus lumineuse permet de brûler les vieilleries inutiles qui empêchent de vivre librement la meilleure époque de l’année. La liesse bat son plein dans les localités de Navarre. On ne compte pas les fêtes patronales, au premier rang desquelles les “Sanfermines” dont la réputation est universelle.

San Saturnino et San Francisco

Au début de l’automne, les chasseurs se mettent à traquer le sanglier et la palombe, qu’ils capturent au moyen d’appeaux et de filets à Etxalar.

Pampelune fête Saturnin, son saint patron, le 29 novembre. La fête de la communauté autonome tombe le 29 novembre. Le jour de la Navarre (3 décembre) fête Saint François-Xavier, le saint navarrais le plus universel.

Gouvernement de Navarre

Contactez-nous | Accessibilité | Avis légal | Plan du site